Club des Ecrivains de Bourgogne


Aller au contenu

Menu principal:


JL Barré

Portraits

Bourgogne Magagazine - Eté 2009


Jean-Luc Barré :
Bios man


Un érudit libre et ouvert sur le monde. Ce spécialiste des biographies se sert de son art pour parler de lui, à sa façon. Depuis son bel appartement dijonnais, à peine remis de sa vision polémique d'un Mauriac homosexuel, l'ex-documentaliste de Jules Roy replonge dans ses désirs de Don Quichotte. Complexe mais avisé, notre «bio man» ?


On aime
à penser que l'homme s'invente un intérieur et son image. Et que Jean-Luc Barré, fameux auteur de biographies, directeur des collections Témoignages pour l'histoire chez Fayard et surtout Bouquins chez Robert Laffont - merveilleux pavés d'une qualité de fabrication inchangée depuis 30 ans, dont les pages en papier bible, d'une légéreté d'ailes de papillon, abritent les meilleurs auteurs français et étrangers - ressemblent à son appartement dijonnais : un chef-d'oeuvre d'art déco d'un classicisme détonnant, lumineux, ouvert par de multiples balcons sur la place Grangier et les rues qui s'en échappent.
Ici, les livres sont partout, débordant des étagères de ses bibliothèques l'on trouve, poignants témoignages de l'admiration du maître des lieux, les photographies des tombes d'Ezra Pound ou Jules Roy. Au mur, des tableaux brésiliens, colorés et chauds. L'appartement d'un érudit, libre et ouvert au monde. "Je dois être un claustrophobe, je déteste les endroits clos", confie d'ailleurs le locataire qui a découvert cette merveille d'appartement "par hasard, comme toutes les grandes choses de la vie". Hasard donc, c'est grâce à Jules Roy - dont il a été le documentaliste lorsqu'il travaillait chez Plon - qu'il a découvert la Bourgogne. Vézelay et l'auteur des Mémoires barbares comme portes de la région, avouons qu'il y a hasard plus désolant. Jean-Luc Barré partage donc aujourd'hui son temps entre Dijon et Paris.

Mauriac, un scandale très français


Sa formation (doctorat d'histoire) a sans doute pesé dans son oeuvre : à la fiction, il a préféré les biographies. Sa méthode de travail ? Aux entretiens avec les proches, privilégier le travail sur archives. Sa dernière biographie en date, consacrée à François Mauriac, a fait son petit effet dans le Landerneau littéraire, puisque Jean-Luc Barré démontrait l'homosexualité de lcrivain catholique. "J'ai travaillé en confiance totale avec la famille et notamment Jean Mauriac puisque nous avions déjà collaboré : notre livre révélait déjà l'homosexualité de son père, souligne Jean-Luc Barré. J'ai eu accès notamment à une correspondance inédite entre François Mauriac et sa femme. J'ai voulu l'humaniser, lui rendre sa vérité d'homme. Résultat : un scandale littéraire, comme la France seule sait les fabriquer : "J'ai souhaité ce tollé car la pire chose qui peut arriver à un livre, c'est dtre couvert dloges !"
On le sent : l'homme aime le combat. Mauriac, mais aussi de Gaulle, les Maritain, Dominique de Roux : ses sujets révèlent le goût des impérieux, des flamboyants, des passionnés. La biographie comme un miroir ? Il approuve : "Dans les biographies, on met de soi. Si jcris des biographies, c'est pour parler de moi autrement". Un de ses personnages préférés est Don Quichotte, "merveilleuse leçon d'imagination et de vertige, de décalage", qu'il associe volontiers à de Gaulle : "Le 18 juin, c'est Don Quichotte ! Dire que la guerre n'est pas perdue en pleine débâcle !"

Notre
époque est-elle aux Don Quichotte et aux fougueux ? Pas vraiment, se désole Jean-Luc Barré, qui trouve nos temps modernes "vulgaires". "Nous vivons une époque qui suscite l'amnésie, et la littérature actuelle colle à lpoque : elle révèle un manque d'intérêt pour le monde. J'aime que la politique soit présente dans les livres. Or, les livres qui sont publiés sont souvent l'oeuvre dcrivains autocentrés. On raconte ses malheurs en croyant qu'ils sont universels - mais tout le monde n'est pas Mauriac ! De sa terrasse de Malagar, Mauriac embrassait le monde !"
Autre désolation, cette vague drivains qui ne voient pas plus loin que la profondeur de leur nombril a en tête le coup éditorial, pas le souci d'une oeuvre : "Un livre, c'est d'abord du travail et l'essence de celui qui écrit, une ambition, rappelle Jean-Luc Barré. Un auteur qui fait une oeuvre ne cherche pas à se renouveler. Il creuse le même sillon, en llargissant. Et ce n'est pas nécessaire d'empiler les titres : Radiguet a fait une oeuvre avec deux livres ! "
Quid dans ces conditions du choix d'éditer ou non un manuscrit, première étape avant la naissance du livre ? "Je pourrais éditer un livre que je déteste si je sens qu'il est important, assure Jean-Luc Barré. Sinon, malgré ce qui se raconte, je crois qu'un bon livre n'a pas de mal à être édité. Ce qui va me séduire, ou pas, outre le sujet, c'est la couleur d'une écriture. Ma hantise est de tomber sur un style tellement nouveau, tellement innovant, qui soit un tel bouleversement que je passe à côté !"
Il ne devrait pas s'en faire : si cet ovni existe, il le croisera sûrement dans sa carrière dditeur. Comme toutes les grandes choses : par hasard.

Emmanuelle de Jésus

(1) Le Général et le journaliste (Fayard, 2008).



Mis à jour au 21 avril 2017

Retourner au contenu | Retourner au menu